mercredi 4 janvier 2017

25 ans ou l'âge de la sagesse



Un an de plus aujourd'hui, un quart de siècle pris dans la figure comme tout le monde aime à me le souligner...
25 ans... c'est la première fois qu'un anniversaire passait mal. Je ne les avait pas encore que j'étais déjà déprimée à l'idée de les avoir.
Pour moi 25 ans c'est un peu l'âge frontière entre la "jeunesse" et l'âge adulte. Encore une dernière année où l'on peut bénéficier des avantages jeunes -25 ans et après quoi tu bosses pour payer pleins pot... La dernière fois une cousine me disait qu'automatiquement, sans s'en rendre compte elle a répondu qu'elle avait 25 ans à ses supérieurs, parce que c'est "l'âge qui passe bien". Après on est quoi ? Des vieux croûtons ? Des adultes bien installés au boulot, en couple ou mariés sur le point d'avoir des enfants ? Si c'est le cas, c'est loin d'être le cas. Mais en même temps, si mes 25 ans passaient mal c'est justement parce que j'ai la vision de la vie où l'on doit être posé ou sur le point de l'être, à construire sa vie  professionnelle et de famille, à être un adulte en bref. Or le problème c'est que je ne sais pas où me placer, je ne me sens pas "adulte" mais pas ado non plus. Je suis encore dépendante de mes parents financièrement, j'ai pas fini mes études (mais presque),à défaut de vivre chez mes parents je vis chez mon oncle, en bref j'ai une vie de Tanguy. Donc je suis très loin de l'idée que je me faisais de ce que j'allais être à cet âge là. Ma vie idéalisée n'étant absolument pas celle de la réalité ça amène forcément à une vision négative pour ne pas dire à une grosse déprime.

Puis un matin, je me suis levée positive. Parfois la nouvelle année ça fait du bien. C'est le moment de remettre les compteurs à zéro. Sans me mettre de résolutions, j'avais envie d'être positive, de voir les choses autrement et d'avoir le sourire plutôt que de ressembler à Grumpy Cat. 



J'ai 25 ans, et alors ? C'est justement mon année ! En juillet je vais être diplômée, je vais être psychologue ! J'ai encore du mal à me faire à cette idée et ça me fait tout bizarre de me dire que je vais avoir entre mes mains des patients... Je vais devenir ce pourquoi j'ai travaillé pendant 5 ans, je vais devenir celle que je veux être. Je vais pouvoir me sentir utile, me construire et me réaliser. Une chose entraînant une autre je finirai par avoir mon indépendance et qui sait, peut-être que ma vie affective sera également en construction. Tout cela ne va peut-être pas être si facile mais il faut garder l'optimisme. Depuis petite ma mère me répète sans arrêt "la pensée crée l'événement" et cela commence par être positif, par se donner les moyens et de se dire "je vais réussir", gardons le à l'esprit comme un mantra !
Toi ma soeur qui n'arrête pas de dire que tu es nulle, que tu vas rater tes examens et que tu n'as aucun avenir devant toi,
Toi mon ami qui est déprimé depuis des mois à cause de l'amour et qui reste au fond du lit,
Toi ma puce qui t'éparpilles et qui ne vois pas le bout du tunnel sur ton mémoire,
Vous qui êtes maussades, tristes, en a marre de tout, a envie de tout valdinguer,
N'oubliez pas que c'est vous qui créez vos humeurs, vos états mentaux et votre vie. Arrêtons de voir le verre à moitié vide parce qu'en réalité il est a moitié plein. Poussons-nous faire le haut plutôt que de nous auto-flageller ou de nous complaire dans ce qui ne va pas. Reprenons le contrôle de nos vies et si ça ne va pas aujourd'hui ça ira mieux demain.

La pensée crée l'événement.
Stay positive.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire